Êtes-vous concernés par la fuite des données de santé qui concerne 500 000 patients français ?

Les personnes concernées

Les données proviennent de laboratoires de biologie médicale pour la plupart situés dans les départements du Morbihan, de l’Eure, du Loiret, des Côtes-d’Armor et de Loir-et-Cher.

Les dates des prélèvements datent de 2015 à octobre 2020, essentiellement entre 2018 et 2019.

Ces laboratoires utilisent ou ont utilisé un même logiciel de saisie de renseignements médico-administratifs commercialisé par Dedalus France.

Les données diffusées publiquement

Cette fuite affiche de nombreuses données personnelles des patients (60 informations différentes) dont notamment :

– l’identité ;

– le téléphone ;

– l’adresse postale ;

– le numéro de Sécurité Sociale ;

– les médecins ;

– la date de naissance ;

– les dates d’hospitalisation ;

– l’assurance ou mutuelle ;

– la CMU ;

– l’e-mail ;

– les mots de passe définis par les patients pour accéder aux analyses effectuées (possiblement identiques à ceux des comptes emails ci-dessus) ;

– les commentaires ajoutés par les laboratoires sur l’état de santé des patients (« grossesse », « tumeur au cerveau », « VIH ») ou sur les traitements administrés…

Les conséquences pour les personnes concernées

Les patients peuvent faire l’objet :

– de tentative d’usurpation d’identité, notamment le numéro de Sécurité sociale ;

– de tentative de chantage ou d’escroquerie ;

– de phishing personnalisé afin d’obtenir d’autres informations personnelles ;

– de vol de comptes e-mail si le mot de passe défini par le patient pour accéder aux analyses effectuées est identique.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*